Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 01:09

 

ALERTE.

Le cirque FRATELLINI tourne en ce moment sur les communes autour de Clermont et Gignac.
Ce cirque présente des animaux sauvages, qui sont détenus dans des conditions sanitaires déplorables, à l'étroit, sans eau, sans soins adéquats, et bien sur, non règlementaires.
Nous avons alerté la gendarmerie et les élus.

Ce genre de cirque ne doit plus continuer de fonctionnerparlez-en autour de vous pour dissuader d'y allerinformez sur les conditions de détention et de dressage; demandez à votre maire de prendre un arrêté d'interdiction des cirques avec animaux sauvages.

Les derniers animaux sauvages méritent mieux que la misérable vie de bagnard que la plupart des cirques leur infligent jusqu'à leur mort.

Merci d'agir pour eux en informant et en n'assistant pas aux spectacles de ce cirque!

Si l'on est témoin d'anomalies :

  • quant à l'état sanitaire des animaux, à leur comportement, à l'espace dont ils disposent,
  • quant à la sécurité du public,
  • quant à la présence d'espèces rares et protégées,
  • quant à l'état et à l'hygiène des cages et des enclos,

il faut informer soit la gendarmerie soit la police ainsi que le maire de la commune, le Préfet, les Services Vétérinaires de la Direction départementale de la protection des populations , la sous Direction de la Protection de la faune au ministère chargé de l'écologie, ou encore les gardes de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage.

Il convient aussi d’avertir la LFDA, en lui fournissant les détails de vos constatations.


SACHEZ AUSSI qu'un maire peut faire interdire un cirque sur sa commune.
L’article 211 du code rural donne au maire la sécurité des personnes que peut présenter sur le territoire de sa commune la présence d’animaux dangereux. Le maire peut ainsi refuser l’installation d’un cirque détenant des animaux d’espèces non domestiques considérées comme dangereuses et fonctionnant irrégulièrement. (ministre de l’aménagement du territoire et de l’environnement - 21 mars 2000)

Vous trouverez beaucoup d'infos sur les sites STEPHANE LAMART et LFDA et PETA.

Arrêtons ce cirque !

Pendant que les enfants rêvent d’aller au cirque, les animaux rêvent certainement de s’en évader. Sous l’or de la fête, il n’y a qu’une bien triste réalité : des animaux prisonniers contraints d’exécuter de pénibles numéros contre nature.
Si on savait comment les animaux sont traités, emprisonnés, dressés et mis « à la retraite », les cirques animaliers ne feraient certainement plus recette. 

Condamnés à perpétuité
Tous les animaux détenus dans les cirques ont des besoins spécifiques. Certains, comme les lions, ont besoin d'un climat chaud ; d'autres, comme les ours, d'un climat plus frais. Tous ont besoin d'espace, d'activités, de liens sociaux, d'eau et de nourriture en quantité suffisante. Dans les cirques, ils n'ont rien de tout ça. Ils sont enfermés dans des cages de transport ou des enclos étriqués d'où ils ne sortent que pour faire leur numéro. 

Les lions souffrent du froid hivernal, tandis que les ours suffoquent dans la chaleur de l'été. La plupart des animaux bénéficient de peu de soins et d'attention ; la nourriture est souvent mal adaptée et en quantité limitée. Si le cirque s’installe dans un lieu ou l'approvisionnement en eau est difficile, les animaux ne sont plus lavés, leurs cages ne sont plus nettoyées et leur eau potable est rationnée. 

Pendant la morte saison, les animaux restent dans des boxes de transport, des étables voire même dans des camions ou des remorques. Rares sont les cirques qui ont les moyens ou la volonté d’investir dans des abris adaptés qui ne serviront que quelques mois par an. 

Cet enfermement a des conséquences physiques et psychologiques dévastatrices. Une étude américaine révèle que les éléphants captifs passent environ un quart de leurs journées à secouer la tête ou à se balancer compulsivement, tandis que les ours arpentent leur cage de long en large. 


Faute de suivi vétérinaire spécialisé, beaucoup d’animaux ne survivent pas. La plupart des cirques, grands ou petits, sont impunément en infraction avec la loi et ne possèdent même pas les certificats de capacité attestant de la compétence du personnel. 

Un gentil dompteur, ça n'existe pas
Aucune loi n'encadre les méthodes de dressage en France, et la punition physique demeure la technique la plus utilisée. Les animaux d’espèces rétives au dressage subissent un stress important. Certains doivent alors être drogués pour se montrer plus « coopératifs » ou mutilés pour ne pas représenter un danger pour le dompteur. 

« 25 années à observer ce qui se passe à l’intérieur des cirques m’ont appris qu’un gentil dompteur, ça n’existe pas », confirme Pat Derby, un ancien dresseur. 

Et tout cela dans quel but ? Ces numéros artificiels n’enseignent absolument rien au public sur le comportent des animaux dans leur milieu naturel. De plus, les animaux sont le plus souvent décrits comme des bêtes féroces ou stupides, à la différence du dompteur, qui lui est « héroïque » ou « magistral ». 

Rébellion
Pour peu qu’on leur en laisse l’occasion, ces animaux intelligents manifestent clairement leurs sentiments. Des éléphants, par exemple, ont à de nombreuses reprises piétiné leur dresseur et tenté de s'enfuir en dévastant tout sur leur passage. 

Des vies de solitude
Lorsqu'ils ne sont plus utiles dans un cirque, les animaux passent le reste de leur vie enfermés. Ils peuvent aussi être vendus à d'autres cirques ou zoos, à des réserves de chasse, où ils seront tués « pour le sport » ou pour leur viande « exotique », voire à des laboratoires de recherche. Ils finissent souvent leur vie aussi misérablement qu'ils l'ont vécue, dans la réclusion, la souffrance et le désespoir. 

Un commerce dépassé
Plus le public prend conscience de la cruauté des cirques animaliers, moins ceux-ci trouvent d’endroits où monter leur chapiteau. L'utilisation d'animaux pour les spectacles a été déjà restreinte ou interdite dans plusieurs pays, notamment en Suède, en Inde, en Finlande, en Suisse et au Danemark. En Angleterre, les cirques qui utilisent des animaux ne peuvent pas occuper les espaces publics, et aux États-Unis, plusieurs localités ont déjà interdit les numéros d'animaux exotiques. 

Ce que vous pouvez faire
  • N'assistez jamais à des spectacles de cirques qui utilisent des animaux. Encouragez plutôt les cirques sans animaux comme le Cirque du Soleil.
  • Informez-vous sur la législation française en matière de protection animale et signalez toutes violations aux autorités (http://www.cirques.org/)
  • Signez et faites signer la pétition pour une interdiction européenne de la présence des animaux dans les cirques :http://www.cirques.org/ressources/petition_europeenne.pdf
  • Transmettez toutes les informations et photos que vous pouvez avoir/récolter sur les cirques à Code Ani

Tigre, lion, panthère (léopard), puma: réglementation des installations.

Les installations de l'établissement, utilisées pendant la période itinérante, doivent comprendre des installations intérieures ainsi que des installations extérieures.

Les installations intérieures doivent ménager un espace disponible pour les animaux d'au minimum 7 mètres carrés par animal. La surface des installations intérieures ne peut être inférieure à 12 mètres carrés dès le premier animal hébergé. La hauteur des installations intérieures doit au minimum être de 1,8 mètre sauf sous le col de cygne d'une semi-remorque.

Les établissements doivent comprendre une cage de détente d'une surface minimale de 60 mètres carrés. Les animaux doivent séjourner dans les installations extérieures pendant au moins quatre heures par jour.
L'installation doit être pourvue d'équipements permettant aux animaux de faire leurs griffes.

Il doit être possible d'isoler les animaux.
Les parois des véhicules hébergeant les animaux doivent être bien isolées de la chaleur et du froid.
Des dispositifs adaptés doivent être mis à disposition des animaux pour leur permettre de s'installer en hauteur.
Les installations doivent être pourvues d'équipements permettant aux animaux de faire leurs griffes et de s'occuper.
Les tigres doivent avoir la possibilité de se baigner, sauf en période de grand froid.

Les textes spécifiques applicables sont essentiellement l’article L. 214-1 du code rural, les deux arrêtés du 21 août 1978, et les articles R.* 214-84 à R.* 214-86 du code rural relatif aux spectacles publics et aux jeux. Ces textes concernent la sécurité du public, les dispositions sanitaires, le bien-être des animaux, les conditions de détention, ainsi que l’interdiction notamment de dégriffer les animaux et de les droguer pour un spectacle.

Le propriétaire du cirque doit posséder une autorisation d'ouverture (art. L. 413-3 du code de l'environnement); de plus, une ou plusieurs personnes de l'établissement doivent être titulaires du certificat de capacité pour l'entretien des animaux (art. L. 413-2 du code de l'environnement). Les responsables des établissements détenant des animaux d'espèces non domestiques doivent aussi se conformer aux articles R.* 211-1 à R.* 211-11 et  R.* 212-1 à R.* 213-22  du code de l'environnement qui fixent les règles générales de fonctionnement et de contrôle des établissements présentant des animaux au public. Pour les tébliisements itinérants, l'arrête du 18 mars 2011 y fixe quant à lui les conditions de détention et d'utilisation des animaux vivants d'espèces non domestiques.


CONDITIONS de Captivité et transport

Les animaux détenus par les cirques, pour la présentation sur la piste ou l’exposition en ménagerie, sont très divers: lions, tigres, éléphants, ours, singes, otaries, chevaux, lamas, dromadaires, perroquets etc. Certaines espèces sauvages, comme les éléphants, sont encore capturées dans la nature. La détention des animaux, pour inconfortable et exiguë qu’elle soit dans les établissements fixes, est déplorable dans les établissements itinérants.

Entre deux déplacements, les fauves restent 90% du temps dans les camions-cages, les éléphants sont enchaînés, les ruminants et les chevaux sont attachés à l’extérieur souvent sans abri pour les protéger de la pluie ou du soleil. Les animaux, du fait de leur condition de détention en espace restreint,  présentent, pour la plupart, des comportements stéréotypés anormaux ou de graves états dépressifs, en particulier pour des espèces vivant en société, comme les singes.

Les cages de verre pour les reptiles, l’eau chlorée pour les mammifères marins, les doubles-fonds réfrigérés pour les serpents, l’obscurité totale ou l’éclairement intense, le musellement sont d’autres formes de mauvais traitements. Les animaux de cirque et de ménagerie sont transportés dans des cages minuscules, ou bien ils sont enchaînés ou entravés dans des conditions qui ne leur permettent aucun mouvement. 
Le transport est une des causes les plus élevées de mortalité.


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by apprenons les animaux
commenter cet article

commentaires

Marie 08/12/2015 15:03

Un animal sauvage est un être sensible ayant besoin de vastes espaces et de liberté. Dans un cirque, il souffre de la captivité. Passant le plus clair de son temps en cage, subissant un dressage souvent brutal, subissant de nombreuses heures en camions d'une ville à l'autre : ce n'est pas une vie pour les animaux. Les animaux ne sont pas nés pour être ainsi exploités ! Signez cette pétition http://www.mesopinions.com/petition/animaux/interdiction-cirques-detenant-animaux-sauvages-territoire/17209 pour l'interdiction des cirques détenant des animaux sauvages sur le territoire municipal de Blois et de Vineuil !

carpe koi 21/07/2014 10:18

c'est totalement catastrophique, pourquoi est-ce que les hommes ont un coeur fait de pierre? peut être pour la soif d'argent!

Accueil

  • : Le blog de apprenons les animaux
  • : apprenons les animaux association de Saint andré de Sangonis stérilisation chats errants, information et protection animale.
  • Contact